Papiers de soi(e)s

. Papiers de soi(e), 38 estampes, Small#11, Le Non-Lieu, Nuits des Arts, Roubaix, décembre 2019

Le projet

Papiers qui enserrent, qui embellissent, qui masquent … les papiers d’oranges sont support et prétexte à des variations libres, sur l’enveloppe et l’imaginaire du fruit enveloppé. J’accumule les emballages d’agrumes depuis 40 ans, sans les classer, juste pour le plaisir des couleurs, des motifs, traces fragiles du temps. Les bleus nuit, les noirs, dominent, contre-point des oranges, rouges et jaunes vifs des agrumes. L’usage de ces papiers tend à disparaitre.

(quelques exemples issus de mon accumulation d’emballage., Une installation et photo par Fanny Schaepelynck, ERG, Bruxelles, 2019)

Premier essai


Dans un conte de ma petite-enfance, les oranges étaient nommées pommes d’amour. L’expression française «ma moitié» désignant l’être aimé(e) est encore plus explicite en espagnol : Mi mitad de naranja, « ma moitié d’orange ». Jouer aussi de l’expression familière « être emballé.e » par …
Revenir sur des papiers existants par ajout d’un papier de soie cousu, quartier stylisé d’agrume, comme souvenir du fruit.
D’apparence fragile, ces objets sont destinées à l’acte d’offrir.

Deuxième essai

Créer mes propres emballages  : textes et motifs expriment un message lié aux bénéfices attribués aux agrumes, aux expressions attachées à leur consommation et aussi aux effets de la globalisation… Poursuivre cette série au fil des saisons…

Une installation dans la cuve n°2, Small#11, Le Non Lieu, la nuit des Arts, décembre 2019

(source photos : association Le Non Lieu)